Home About HyMeX
Motivations
Science questions
Observation strategy
Modelling strategy
Target areas
Key documents
Organisation
International coordination
Working groups
Task teams
National contributions
Endorsements
Resources
Database
Data policy
Publications
Education and summer schools
Drifting balloons (BAMED)
SOP web page
Google maps data visualisation
Workshops Projects
ASICS-MED
MOBICLIMEX
MUSIC
IODA-MED
REMEMBER
FLOODSCALE
EXAEDRE
Offers Links Contacts
Science & Task teams
Science teams
Task teams
Implementation plan
Coordination
International Scientific Steering Committee (ISSC)
Executive Committee for Implementation and Science Coordination (EC-ISC)
Executive Committee - France (EC-Fr)
HyMeX France
HyMeX Italy
HyMeX Spain
Archive

Entre Terre et Mer : la Zone Atelier Orme. Pour une approche intégrée de la zone côtière du golfe du Lion


Ludwig Wolfgang

La "Zone Atelier" Orme (Observatoire Régional Méditerranéen sur l'Environnement) est née d'un appel à propositions du CNRS-PEVS (Programme Environnement, Vie et Sociétés) en 2001. Cet appel visait la création des dispositifs de recherche pluridisciplinaires et durables qui abordent l'environnement comme l'ensemble des systèmes naturels ou artificialisés dans lesquels l'homme intervient ou est intervenu soit en les exploitant soi en les aménageant. Le terme "anthroposystème" remplace ainsi l'écosystème, considéré auparavant comme la meilleure description des systèmes environnementaux. L'accent est mis sur l'échelle régionale mais sans perdre de vue l'aspect global des thématiques, celles-ci pouvant porter sur les problèmes associés aux hydrosystèmes (bassins versants), zones côtières, espaces ruraux, etc.

Parmi les 14 Zones Ateliers labélisées entre 2000 et 2002, Orme est la seule qui se focalise sur l'antroposystème d'un environnement côtier : celui du Golfe du Lion. Sa démarche scientifique consiste en la réalisation d'études pluridisciplinaires centrées sur les transferts d'eau et de matières, à différentes échelles spatio-temporelles, entre les compartiments du système (bassins versants, zones humides, littoral et milieux côtiers). Ceci concerne à la fois l'obtention de données nouvelles à haute fréquence et sur le long terme, l'utilisation de données déjà acquises dans le cadre d'autres programmes, le développement et l'utilisation d'outils de modélisation (rétrospective et prospective) et la formalisation des résultats par SIG (Système d'Information Géographique). Le développement d'une stratégie de suivis et d'observations autonomes y occupe une importance particulière. Dans toutes ces approches, il est important de quantifier séparément ce qui relève de l'évolution naturelle, et ce qui relève de l'activité humaine directe (utilisation des ressources en eau, des matériaux et des ressources vivantes) ou indirecte (usage des sols, pollution de l'air).

Les recherches soutenues couvrent un spectre large, de l'échelle locale (pratiques d'irrigation dans les Pyrénées Orientales, conflits d'usagers autour de l'Etang de Berre, ...), jusqu'à à l'échelle des unités fonctionnelles comme les bassins des fleuves côtiers (origines des matières dans le bassin de la Têt, impact de la reforestation sur les bilans hydrologiques de l'Hérault, ...), les zones humides (indicateurs de la qualité du milieu dans l'étang de Salses Leucate, dynamique des écosystèmes en Camargue, ...) ou le plateau continental dans son ensemble (quantification des apports fluviaux du Rhône et des autres fleuves côtiers, traçage des contaminants métalliques sur le plateau, ...). La question de l'impact du changement climatique y prend naturellement une place importante dans une région méditerranéenne dont les aléas météo-climatiques (crues et tempêtes) contrôlent une grande partie de la variabilité des systèmes.